Les élèves doivent contribuer à produire des connaissances

En recherche de pistes pour inventer une toute autre école ?

Alors je vous invite à vous inspirer des propositions de François Taddei, directeur du Centre de Recherche Interdisciplinaire (CRI) à Paris. Dans une vidéo, il nous parle de son action en faveur de l’innovation dans l’éducation.

Parmi les nombreuses pistes évoquées par François Taddei au long de cette interview, voici quelques-unes des idées qu’il aborde, dont certaines font figure de propositions innovantes :

  • Open-FIESTA (Faculté pour l’Innovation dans l’Éducation, la Science, la Technologie et les Arts)
  • La maïeutique 2.0
  • Le « Fabelier »
  • Noter les élèves sur leurs facultés de partager les savoirs en dehors de l’école
  • Créer un écosystème d’apprentissage coopératif
  • Pourquoi pas réinventer Wikipédia ? Avec des contenus adaptés aux enfants
  • Les neuros, une nouvelle « monnaie » de la connaissance
  • La grande efficacité de la coopération horizontale
  • Permettre aux étudiants d’avoir accès à Internet durant les examens
  • Les élèves acteurs ou même auteurs et non pas spectateurs, donc producteurs de connaissances
  • La « culture du questionnement »
  • La création d’outils pour permettre aux enfants de poser des questions
  • Les technologies numériques et les relations médiées par la technologie entre les humains…
  • Des publications scientifiques écrites par des enfants de 8 à 10 ans !
  • De l’importance de jouer pour apprendre
  • De l’intelligence collective
  • De publications (scientifique) ouvertes
  • De l’ouverture des MOOC

Extraits choisis :

Je pense qu’un des plus grands bonheurs, c’est d’apprendre quelque chose. Pourquoi est-ce que les enseignants seraient les seuls à ne pas avoir ce bonheur ? S’ils apprennent avec leurs élèves et qu’ensemble ils résolvent des problèmes qu’ils ne pourraient pas résoudre chacun séparément, c’est encore mieux !

Ne pas ouvrir la connaissance, c’est de la non-assistance à personne en danger !

Le système était peut-être parfait hier… Mais on est dans un monde différent, aujourd’hui, et encore plus demain. Personne ne sait quels seront les emplois les plus demandés dans 10, 20 ou 30 ans. Et pourtant les jeunes d’aujourd’hui seront encore sur le marché du travail en 2060 ou même 2070. Il faut arriver à les former pour qu’ils puissent s’adapter à cet environnement toujours changeant. Donc qu’ils puissent apprendre à apprendre, c’est absolument clé.

Il y a plein de formes d’intelligences différentes ! Vouloir classer tout le monde, vouloir classer les écoles, vouloir classer les gens qui rentrent dans ces écoles, vouloir les classer quand ils en sortent et vouloir leur faire croire que parce qu’il y en a un qui est sixième et l’autre est septième, toute leur vie ils seront différents, c’est quand même très embêtant…

Ce qu’il faut c’est dire non ! Il y a un proverbe japonais qui dit « aucun d’entre nous n’est plus intelligent que l’ensemble d’entre nous ». Ce qu’il faut, c’est apprendre à utiliser l’intelligence collective et à s’en servir pour résoudre les problèmes que chacun peut avoir et auxquels la société doit faire face. Donc ne pas seulement être en compétition mais en coopération. Il faut apprendre à coopérer et ça c’est quelque chose qui n’est pas complètement au cœur du système éducatif aujourd’hui.

On vit de multiples crises. Je ne pense pas qu’un génie seul saura résoudre même une seule de ces crises, alors qu’il y en a plusieurs de ces crises… Pour arriver à trouver des solutions à ces crises, il faut mobiliser toutes les intelligences, et arriver à adapter les solutions à la fois à chaque spécificité locale, à chaque contexte, et en même temps à penser les impacts globaux. Parce qu’il ne suffit pas de résoudre le problème à un endroit et créer plein d’autres problèmes dans autres endroits !

« Il y a du boulot mais c’est passionnant ! », dit en conclusion la personne qui interviewe François Taddei. Oui, c’est passionnant et je ne peux que vous encourager à visionner d’autres vidéos avec les diverses interviews de ce chercheur passionné.  🙂

Et pour commencer sur le chemin de la transformation de l’école, c’est ce mardi 1er mars que nous vous invitons à co-rédiger le Manifeste pour une tout autre école.

Rendez-vous à Chimay le 1er mars à 20h00

Aller plus loin :

A propos des Savanturiers :

Nous sommes tous nés chercheurs, donc curieux et avides de comprendre et d’agir. Les Savanturiers œuvrent pour une école ambitieuse qui formerait tous les élèves à la créativité du questionnement, à la rigueur de la recherche et à la coopération au service de l’intérêt commun. Nous nous engageons pour former des citoyens humanistes et acteurs d’une société juste de la production et du partage des savoirs.

 

Posted in Activité, En débat
Tags: , , ,