La rentrée de l’école dans le paysage des familles ?

Forsud - Photo café virtuel avec Bruno Humbeeck

Le 29 mai se tenait notre 2e « Café virtuel » avec Bruno Humbeeck. Organisé à l’initiative de l’AMO Oxyjeune, il avait pour thématique :

Retour à l’école, comment appréhender l’inquiétude et le stress chez les enfants, les parents et les enseignants, discussions et échanges de quelques « trucs ». Débriefing des premiers jours. Échanges et pistes de solution sur des cas/des difficultés/des questionnements vécus lors de la première semaine de reprise.

C’est ainsi qu’une petite quinzaine d’enseignants et de directions d’écoles se sont retrouvés pour des échanges très riches, avec une parole « apaisante » de la part de Bruno Humbeeck, psychopédagogue bien connu dans notre région pour avoir notamment accompagné les projets d’École-Lien.

Notez aussi qu’un autre café virtuel avec Bruno Humbeeck est prévu ce mercredi 10 juin prochain ! Il est programmé spécialement à l’attention des directions des écoles mais les enseignants sont les bienvenus. Il abordera plus particulièrement le thème de l’aménagement des cours de récréation en cette période de déconfinement. (Inscriptions via la page des formations.)

Nous vous proposons ici de retrouver des extraits audio significatifs des interventions de Bruno Humbeeck lors du « Café virtuel » du 29 mai.


Épisode 1 – Introduction – Une rentrée de l’école dans le paysage des familles

Une rentrée de l’école dans le paysage des familles. Sans brutalités, ni chez les enseignants, ni chez les directions d’écoles, ni chez les parents et ni chez les élèves. L’objectif est de se préparer pour être en ordre de marche pour la rentrée de septembre.

 

Épisode 2 – On ne va plus parler de « silos » mais parler de « bulles »

Les enseignants ne sont pas des « distributeurs » de matières… Ils sont là pour mettre les enfants en situation d’apprendre. C’est à dire mettre des enfants ensemble afin de leur permettre d’interagir dans un confort suffisant.

 

Épisode 3 – Pédagogies douces et principe des 3 tamis

Pour les parents : si vous estimez que oui, c’est prudent de mettre mon enfant à l’école, vous le faite. Sinon le parent est autorisé à garder son enfant chez lui.
L’école n’a pas à obéir aux pédiatres… On ne remet pas l’école en mouvement sur base d’un certificat médical… La question est plutôt « est-ce qu’il est bon pour mon enfant qu’il récupère des contacts sociaux dans un contexte d’apprentissage ? ».
En juin l’école « s’ouvre » à tous les enfants mais ne s’oblige pas ! Car l’obligation scolaire est toujours suspendue…

 

Épisode 4 – Pour les enseignants, on va parler de la prudence d’Aristote

La demande aux enseignants est d’être prudents.
Avez-vous le sentiment que les enfants sont bien ?
L’école est le lieu qui sacralise les apprentissages, y compris pour les gestes protecteurs.
Il faut laisser la communication se faire entre les élèves !

 

Épisode 5 – Répondre aux questionnements des parents

Synthèse de l’utilité de l’outil des « 3 tamis » pour répondre aux questionnements des parents (par Véronique Couture)

 

Épisode 6 – La question des enfants « tétanisés »

Après plus de deux mois de confinement « total », les enfants arrivent parfois comme « tétanisés » à l’école… Ils sont « trop dociles »… Comment les enseignants peuvent-ils réagir à cela ?
Autre exemple : « C’est la première fois depuis 2 mois que les enfants sortent de chez eux et prennent la voiture avec un de leur parent pour aller à l’école… ».

 

Épisode 7 – La liberté pédagogique d’être à l’aise dans l’acte d’enseigner

Pour la rentrée de septembre, les masques devront permettre à chacun non seulement de se protéger mais surtout de s’identifier, d’être et rester ludiques ! Il faut que cela plaise à l’enfant d’avoir ce masque.
L’école doit absolument rester « souriante » et il faut sortir du schéma « défensif » ! Les enseignants et les directions d’écoles ont été « beaucoup trop bons élèves »…
Rendez-vous cette liberté pédagogique pour être à l’aise dans l’acte d’enseigner.

 

Épisode 8 – Montrer qu’on est attaché à ses élèves

L’amour paradoxal permet de monter à quelqu’un qu’on l’aime sans le prendre dans les bras ou l’embrasser.
Par exemple, des expériences de pédagogie avec le numérique ont montré que les enfants regardent avec une attention décuplée quand il regarde leur enseignante qui a été filmée, même s’il ne s’agit que des mains de l’enseignante. L’enfant reconnaît la voix de son enseignante et son attention affective est captée.
Aucune restriction n’est dans le touché. On peut par exemple montrer à l’enfant qu’on est attaché à lui en passant la main dans ses cheveux.

 

Épisode 9 – Du silo à la bulle de contact…

Une « bulle de contact » telle que les virologues la conçoivent, c’est juste pour assurer la traçabilité.
En langage pédagogique, la « bulle » est un petit groupe d’enfants amenés à vivre une expérience le plus possible ensemble. C’est un mot différent pour parler d’une classe.

 

Épisode 10 – Pratiquez l’école dehors

Surtout ne donnez pas cours dans votre classe s’il fait un soleil pareil ! Sortez ! Sortez le plus possible.
Cela va devenir une pratique scolaire tout à fait légitimée. Si vous êtes au milieu d’un bois avec vos élèves, vous êtes « en classe ».
Pour recevoir une leçon, les enfants doivent être « attentifs », c’est autre chose que d’être concentrés. Et pour regarder la nature, on doit compter sur l’attention.

Surtout vous évitez que l’espace devienne « désolant » et stressant. Et vous pouvez apprendre aux enfants à dire bonjour autrement.

 

À suivre !…

Les « épisodes » (extraits) suivants (11 à 20) sont disponibles dans cet article

 

 

Posted in En débat, News, Pour la classe
Tags: , , , ,